Qu’est-ce qui se passe quand une personne a un trouble mental ?

Quand une personne a un problème de santé physique (ex. : une jambe cassée), il y a quelque chose dans son corps qui ne fonctionne pas bien. Cette difficulté conduit à des changements dans la façon dont elle va se sentir et se comporter (ex. : éviter d’aller à l’épicerie). Une personne qui a un trouble mental subit quant à elle des changements au niveau de son mental (son cerveau) qui vont influencer sa façon de penser, de ressentir et d’agir.

Comme le corps, le mental peut être malade!

Le cerveau contrôle le corps et tout ce que l’on fait. Dans le cerveau, il y a des milliards de cellules, appelées neurones, qui échangent des informations jour et nuit sans jamais s’arrêter. Des substances chimiques dans le cerveau permettent à ces neurones de bien fonctionner. Cependant, il arrive que le niveau de ces substances soit trop faible, ou à l’inverse trop élevé. Quand cela arrive, les comportements, les pensées et les émotions de la personne peuvent être modifiés. La personne pourrait ne pas être « elle-même » et :
  • Dire ou penser des choses incohérentes
  • Se sentir fatiguée et dormir beaucoup, ou bien ne pas dormir et rester debout toute la nuit
  • Pleurer beaucoup ou être incapable de pleurer
  • Être en colère sans raison
  • Être irritable
  • Être confuse ou avoir de la difficulté à se repérer dans le temps et dans l’espace
  • Voir ou entendre des choses qui ne sont pas vraiment réelles
  • Ne plus savoir ce qui est vrai ou pas
  • Parler toute seule
  • Agir de façon bizarre ou différente de d’habitude
  • Avoir l’impression qu’elle est surveillée
  • Faire des dépenses inhabituelles
  • Ressentir un stress intense et constant
  • Perdre l’intérêt pour les choses qu’elle aimait auparavant
La présence d’un ou de certains de ces comportements ne signifie pas automatiquement le développement ou la présence (ou l’absence) d’un trouble mental. Cela dépend de chaque personne et du trouble en question. Dans tous les cas, seul un professionnel de la santé habilité, comme un médecin ou un psychologue, peut attester de la présence d’un trouble mental.

Comment se développent les troubles mentaux ?

On ne sait pas encore exactement pourquoi certaines personnes développent un trouble mental, alors que d’autres non. Il y a en général beaucoup de causes possibles et celles-ci varient d’une personne à l’autre. Les troubles mentaux s’expliquent le plus souvent par une combinaison de facteurs liés aux caractéristiques biologiques de la personne, à sa famille, à son environnement, à sa culture ou à son mode de vie. Certains facteurs peuvent augmenter le risque de développer un trouble mental (facteurs de risque) et d’autres peuvent le réduire (facteurs de protection). Voici quelques exemples de facteurs de risque :
  • L’hérédité, c’est-à-dire le fait que d’autres personnes de la famille sont ou ont été atteintes de troubles mentaux;
  • Des facteurs psychologiques comme une faible estime de soi, une difficulté à s’adapter aux différentes situations de la vie ou un perfectionnisme très élevé;
  • Des maladies ou des problèmes de santé physique chroniques (ex. : cancer, maladies liées à la glande thyroïde, maladies cardiovasculaires);
  • Des facteurs de stress présents dans la vie de la personne qui peuvent être liés à son environnement familial (ex. : décès d’un proche, exposition à la violence conjugale), social (ex. : itinérance, isolement) et professionnel ou financier (ex. : perte d’emploi, faibles revenus);
  • Des événements de vie traumatisants (ex. : abus sexuel dans l’enfance);
  • La dépendance à l’alcool, aux drogues ou aux jeux de hasard et d’argent.
Un trouble mental ne peut donc pas être causé que par UN seul facteur spécifique et la personne atteinte n’est pas à blâmer. Il existe aussi certains facteurs, qui peuvent, au contraire, diminuer le risque qu’une personne développe un trouble mental : c’est ce qu’on appelle des facteurs de protection. Ces facteurs peuvent être liés aux caractéristiques individuelles (ex. : avoir une bonne santé physique, la capacité d’aller chercher de l’aide et de bonnes habiletés de communication), familiales (ex. : relations positives, présence de temps de qualité) ou sociales (ex. : avoir du soutien dans son entourage). Certains facteurs de risque et de protection ne peuvent pas être modifiés (ex. : l’hérédité, les événements du passé), mais d’autres peuvent l’être, par exemple, nos pensées et nos comportements face à une situation.
Même si on ne sait pas exactement ce qui cause les troubles mentaux, on sait que CE N’EST PAS DE TA FAUTE ! Tu n’es pas la cause du trouble mental de ton parent et tu n’es pas responsable de son rétablissement.

« Au début, je pensais que ça venait de moi, que c’était ma faute si elle était comme ça… J’étais persuadée que j’avais fait quelque chose de pas correct. Mais à la longue, j’ai compris que c’était autre chose qui avait causé ça. Pour ma mère c’était la drogue. Alors j’ai su que je ne pouvais pas empêcher ce qui se passait, que c’était à elle de choisir de s’aider. Mon rôle à moi, c’est de lui montrer que je suis là si elle en a besoin. On peut pas aider quelqu’un qui ne veut pas être aidé. »

Marianne, 21 ans

Est-ce que tu pourrais développer les mêmes problèmes que ton parent ?

Même si les jeunes qui ont un parent atteint d’un trouble mental sont plus à risque de développer à leur tour des problèmes de santé mentale (comparativement aux jeunes dont les parents n’ont jamais eu de trouble), sache que beaucoup d’entre eux sont résilients. Être résilient signifie être capable de se remettre, de s’adapter et de se développer positivement alors que l’on est confronté à une situation représentant un stress ou un risque important. Les études scientifiques dans le domaine ont permis d’identifier plusieurs caractéristiques importantes chez ces jeunes qui leur permettent de se développer sainement et d’avoir une bonne santé mentale, malgré l’adversité (ex. : être actif, avoir une ou plusieurs relations de confiance avec des adultes significatifs, connaitre ses forces personnelles et ses limites) (voir la section « Maintenir une bonne santé mentale » p. 38).

Le fait d’avoir un parent avec un trouble mental ne veut donc pas dire que tu développeras forcément les mêmes difficultés que lui (même si tu trouves que tu ressembles à ton parent ou que d’autres personnes te disent que tu lui ressembles). Tout le monde peut, parfois, se sentir triste, avoir des difficultés à dormir, ou se sentir stressé. Cela fait partie de la vie, donc ne panique pas. La bonne nouvelle c’est que, en général, ces émotions passent avec le temps.

Cela étant dit, il arrive parfois que ces émotions s’installent plus durablement et s’intensifient. Certaines pensées (ex. : inquiétudes) ou comportements (ex. : consommation) peuvent aussi devenir envahissants ou prendre beaucoup de place dans ta vie. Si tu vis ce genre de choses, c’est peut-être parce que tu traverses quelque chose qui est difficile d’affronter seul. Tu pourrais avoir besoin d’aide pour gérer tout cela. Nous connaissons de nombreux jeunes pour qui le fait d’avoir parlé de ce qu’ils vivent a vraiment aidé! Tu peux parler à des personnes que tu connais et en qui tu as confiance ou bien à un professionnel ou intervenant qualifié (ex. : psychologue, travailleur social, psychoéducateur, éducateur spécialisé, médecin).

Les mots

« Cette bâtisse est présente pour ceux qui ont besoin d’aide avec différents professionnels. Il y a des ressources extérieures disponibles lorsqu’on a besoin d’aide pour faire face aux défis. Parler et s’ouvrir est important pour mieux vivre et s’épanouir au quotidien. Vers 16 ans, j’ai consulté pour pouvoir me sentir mieux. Ça procure un bien-être de parler avec des professionnels de la santé. » 

Claudia, 24 ans

-> Voir d'autres témoignages Photovoice

Faire face à la stigmatisation

Les troubles mentaux sont très fréquents même si les personnes n’en parlent pas beaucoup. La « stigmatisation » c’est quand les personnes te traitent différemment ou bien rient de toi parce que ton parent est différent, te faisant te sentir honteux ou seul. Ça arrive souvent quand les personnes ont peur ou ne comprennent pas quelque chose ou bien lorsqu’elles ont de mauvaises informations. Il y a malheureusement encore beaucoup de personnes dans notre société qui ont des idées négatives à propos des troubles mentaux. 

Tu pourrais donc sentir que tu es traité différemment à l’école, au travail ou dans ton groupe d’amis. Tu pourrais être intimidé et préférer passer du temps tout seul plutôt que de sortir avec les autres. Tu pourrais préférer « cacher » le « problème » ou choisir de ne plus inviter d’amis à la maison, par exemple. Tu as peut-être noté que les parents de tes amis te traitent même parfois différemment.

Essaie de ne pas trop te laisser atteindre par l’ignorance et le manque de compréhension des personnes qui t’entourent. Elles n’ont juste pas le même niveau de connaissances que toi de ce qui se passe. Si elles te traitent mal, n’hésite pas à t’éloigner d’elles et à demander de l’aide à l’une de tes personnes-ressources, par exemple. Si tes amis ne te comprennent pas, tu peux les informer sur le fait que les troubles mentaux sont très fréquents. Qu’ils ne sont pas des faiblesses personnelles : ce sont des maladies qui se soignent. Souviens-toi, au Canada, 1 personne sur 5 vit avec un trouble mental à chaque année. En parlant de ta situation, tu peux aider les membres de ton entourage à le réaliser et à devenir des personnes plus ouvertes. Nous pouvons tous aider à faire changer les choses, chacun à notre niveau.

Consulte la section - Ressources utiles et gratuites - pour avoir plus d’informations sur des ressources que tu peux contacter.